Action : Avoir 17 ans entre 1935-44 – étape 2

DSC05825

Sur les traces de la France occupée et libérée

 DSC5553

 

Suite au séjour en Pologne en avril, des lycéens de St Denis, les deux groupes partenaires d’Eggesin et de Szczecin sont venus à Paris du 6 au 13 Mai. Cette dernière étape du projet : avoir 17 ans entre 1933 et 1945 avait surtout pour but de mettre en évidence les témoignages, les ressentis des jeunes, à travers des rencontres et un partage plus réel encore avec des survivants de la Shoah.

 DSC05872

 

 

La réception à l’Ambassade d’Allemagne des trois groupes autour du rôle de la diplomatie Allemande dans les relations Franco-Allemandes, mit l’accent sur le rôle des deux pays, qui sans oublier les conflits et les victimes, avaient su construire une base pour une Europe de Paix, d’Amitié et de Tolérance.

 MG 0717

Mais le point culminant de ce séjour fut, sans conteste, la rencontre avec deux survivantes du Ghetto de Varsovie, habitant la Région Parisienne, dont l’auteur du livre « j’avais huit ans dans le Ghetto de Varsovie » : Régine Frydman. La conférence fut émouvante et très instructive pour ces jeunes, qui avaient visité Auschwitz, lu des récits, vu des vidéos, mais n’étaient pas vraiment conscients de la vraie réalité. Au travers de son témoignage sur sa vie dans le Ghetto, la « chance qu’elle a eue de survivre avec ses parents et sa sœur » comme elle le précisa, elle nous fit ressentir au plus près la peur, la faim, mais aussi la découverte d’être juive et de devoir le montrer, puis s’en cacher, face à la population Polonaise comme elle, mais qui devint toujours plus hostile vis-à-vis des Juifs, comme en France sous l’Occupation Nazie.

SDC19774

 

L’exposition, préparée par les élèves, permit à d’autres jeunes de voir des documents d’origine, des photos pleines d’émotion et ainsi de recevoir un message indirect de Mémoire envers les victimes de cette période. Après une visite guidée du Mémorial de la Shoah, du Mémorial des Martyrs de la Résistance et de la Déportation, le séjour s’acheva par un voyage vers la Normandie, où de si nombreux soldats tombèrent pour la Liberté de tous.

 DSC5703

 

Le Mémorial de Caen, les Plages du Débarquement furent, surtout pour les jeunes Allemands, l’occasion de voir dans quelles conditions des jeunes des Jeunesses Hitlériennes, vivaient dans les bunkers, mais aussi comment ils allaient mourir sur ce front, en ayant souvent aucune expérience, le plus jeune ayant 14 ans. Pour les jeunes de Szczecin, le fait de se retrouver près d’une ville comme Falaise où près de 2300 Polonais périrent aux côtés des Alliers, fut aussi très émouvant. Le film D-Day projeté au Mémorial de Caen montra bien à tous, combien le combat fut terrible aux premières heures du 6 juin 1944, jour du Débarquement.

 DSC5781

 

Sur la route du retour à Paris, nous fûmes très chaleureusement accueillis à Chartres, par les membres de l’Association les Amis de Franz Stock, ce prêtre Allemand, qui soulagea tant de prisonniers avant leur exécution par les Nazis au Mont Valérien et qui enseigna par la suite la théologie au Séminaire des Barbelés, à quelques 900 prisonniers Allemands, sous le signe de la réconciliation Franco-Allemande.

 Ce séjour, soutenu par l’OFAJ, l’Ambassade de France en Pologne et la FEFA, dernière étape du magnifique projet, restera dans les mémoires autant que les mots gravés dans la crypte du Mémorial des Martyrs de la Déportation et de la Résistance de l’Ile de la Cité : « Pardonne, n’oublie pas… »; nos jeunes ont ainsi été les témoins des témoins. La conclusion de Régine Frydman et sa sœur est très symbolique de l’action de nos jeunes et de la reconnaissance de celles-ci : « même si pour nous, il était impossible de parler en bien des Allemands et des Polonais de l’époque, notre plus grande joie a été de partager avec vous la vie de nos parents et les nôtres et de voir réunis les trois pays devant nous ».